— Accélérateur de particules neuronales —Nous soutenir


Le Manuscrit de Tchernobyl

180 pages
ISBN : 978-2-931067-01-7
18 euros (+ 2,99€ frais de livraison)



Une bomb dans la litératur front16




Préface de David di Nota
auManuscrit de Tchernobyl

« Impossible de lire ce roman sans entrer soi-même
dans un état d’ébriété lexicale, ou, mieux encore, dans un état de franche euphonie [...] »





Rue des Mauvais Garçons
d'Hector Bisi > Entretien avec un dandy

« Paris est une ville qui existe uniquement pour ceux qui comprennent qu’elle est irréelle.»
Découvrez et commandez dès maintenant

Couverture À dada

« Lorsqu’on navigue dans l’existence, il nous appartient de nous placer sous l’influence des forces de bénédiction ou de malédiction. Il nous faut donc faire le point, savoir qui l’on est et où on va. Faire un pas de côté au lieu de marcher sur le piège. Traverser l’Atlantique comme on offre un plaidoyer pour la lâcheté prônée par un Céline. Vian est plein de gratitude pour ceux qui lui accordent, enfin, une reconnaissance méritée. Il en a besoin. Duchamp, lui, n’est pas un homme de clan. La leçon qu’il nous lègue est l’indifférenciation, ou plutôt l’indifférence… L’univers est indifférent à la vie, je veux dire aux formes que prend la vie. Des milliers d’espèces se sont éteintes sans la moindre conséquence. Et la chance ne récompense rien. »





Georgie de Saint-Maur
Spécialiste du nonsense, Georgie de Saint-Maur est un auteur à part qui décline par l’absurde beaucoup de genres littéraires. Il a publié : C’est assez dire aux éditions Rue des Promenades, Coucous de théâtre aux éditions des Penchants du roseau, L’Avenue du rire aux éditions du Crébassou, Métapoly et Judain aux éditions de l’Abat-Jour, Curiœusités aux éditions BOZON2X.


À DADA
suivi de CuriŒusités (édition augmentée)

183 pages
ISBN 978-2-931067-00-0
18€ (+ 2,99€ frais de livraison)



En guise d'avant-goût...




Déjà parus


Découvrez-en un EXTRAIT


> Entretien avec Arnaud Guéguen <
« Le roman est un art bâtard que peuvent s’approprier les inadaptés et les insatisfaits du quotidien. »



Embrassades et simagrées

Embrassades et simagrées

87 pages
ISBN : 978-2-9601645-6-5
12 euros (+ 2,99€ frais de livraison)


Serge sur la plage Serge Cazenave-Sarkis est né en 1952, à Paris XIVe, de parents artistes (fantasques). Enfance nomade. Après plusieurs tentatives de « fugues » (plus ou moins consenties) : une ultime à 16 ans. Une opportunité : mai 68. Cesse les études. Occupe la Sorbonne, et crée en compagnie de Renaud (Séchan) le comité Gavroche. Fin des évènements : bohême. Rencontre une communauté de réfugiés Brésiliens et Espagnols qui lui apprennent le travail du cuir. D’un artisanat sommaire, il passe très vite à la création. Monte avec son épouse leur premier atelier, au Castelet, puis à Paris, pour créer le dernier à Sancerre. Nombreuses expositions en France et à l’étranger… Millésimé Atelier d’Art de France. Crée durant une dizaine d’années les sujets des concours des meilleurs Apprentis de France organisé par les M.O.F. …
Depuis trois ans, se consacre exclusivement à l’écriture. Ecrit entre Berry et l’île de Noirmoutier.Très solitaire (mais pas sauvage). Un peu ochlophobe (mais pas misanthrope), se définit (si on le lui demande) comme un libertaire qui aime l’idée de société.

Site de l'auteur : sergecazenave-sarkis.blogspot.fr




Disponible le 18/05/2019

sources



Abbey road Alice au pays de Spa Quatre auteurs dans le vent

Marc Quoidbach : « Quoi ? Il y aurait du plaisir derrière les mots ? Il ne pouvait pas le croire ! Il se mit à l’écritoire. En sortit une ribambelle de phrases qu’il ne canalisait plus. Ainsi naquit un écrivain qui n’était pas lui. »

Bernadette Delcomminette. Enseignante ? Traductrice ? Voyageuse passionnée par le choc des cultures, en tous cas. Une âme d’artiste, rêveuse, indifférente au réel, mais des dons d’artiste ? Elle voudrait y croire.
Un jour, elle est née, depuis, elle improvise mais ceux qui la fréquentent ne s’en aperçoivent pas.

"Alexia [alɛkʃja] : n.f. 1. Etudiante en langues romanes. 2. Passionnée de lecture, d'écriture et de philologie. 3. Écrivain en herbe ayant tenté l'expérience de l'atelier d’écriture."

Pierre Graas, à côté de nombreuses activités dans divers domaines, s’est intéressé sur le tard à l’écriture de fiction.
Participant depuis trois ans aux ateliers d’écriture du CC Spa-Jalhay-Stoumont , il a déjà été récompensé par une victoire à un concours de nouvelles et la publication de deux textes aux éditions Lamiroy. Un long roman écrit en 2017 est en attente de publication.


Nos blogs


Dis-moi qui tu lis

Dis-moi qui tu lis Une chronique littéraire bimensuelle

« Dis-moi qui tu lis… », ou la chronique littéraire bimensuelle que vous proposent, à tour de rôle, cinq écrivains dilettantes, cinq lecteurs assidus, cinq insatiables plumes débauchées au fil de mes ateliers d’écriture. Actualités littéraires ou vieilleries d’une inaltérable jeunesse, coup de coeur ou coup de sang, découverte ou déception ; le jeu, l’enjeu — le goût se mêlant à l’esprit critique — consistera non tant à prescrire qu’à partager enthousiasme ou nausée que leur auront inspiré tels romans, nouvelles, essais ou autres objets littéraires non classés. Comme l’écrit pertinemment Jean Douchet : « L’art a un besoin vital de la critique. Sans elle, il ne peut exister. […] L’existence matérielle d’une oeuvre, […], ne vaut rien en soi. […] La critique est l’art d’aimer ».

5 décembre 2018


Les Cahiers de l'Hydre de Lerne

Les cahiers de l'Hydre de Lerne Le Gros Secret
Premier épisode

Voici un feuilleton qui a besoin de votre plume ! Les Cahiers de l’Hydre de Lerne sont constitués d’épisodes évolutifs coécrits par différentes personnalités (l’Hydre avait 100 têtes dont une était en or). Le même livre fictif, ses personnages et son auteur sont analysés. Cette méta-littérature fait surgir, comme on relie les points d’une dessin par un trait de crayon, le roman du néant et nous le montre aussi réel dans son examen que s’il avait existé. Le thème de ce 1er cahier est le roman imaginaire « Le Gros secret » de Georgie de Saint-Maur. [...]

19 janvier 2018


Claire Blach

Le blog de Claire Blach Dans mes p'tits papiers
« Embrassades et simagrées » : humain, terriblement humain

De Serge Cazenave-Sarkis, comme la plupart d’entre vous sans doute, nous ne connaissions rien, et pour cause : ces premières publications sont assez récentes (2012), disponibles aux Editions de l’abat-jour et, dès aujourd’hui, via Bozon2X éditions avec « Embrassades et simagrées » ; un recueil de nouvelles qui recèle une humanité observée, rencontrée, ciselée par une plume dont la concision est à la mesure de l’intensité émotionnelle qui gagne son lecteur.[...]

1 juin 2018


Georgie de Saint-Maur

Le blog de Georgie de Saint-Maur La Folie des glandeurs
La tortue maquette

Aujourd’hui, je m’en retourne picorer du côté du Wonderland et je vais tenter de vous parler de « la tortue à la tête de veau » (the mock turtle). Pour commencer, on peut trouver ce personnage bien intrépide de se définir et de se singulariser précisément par sa tête, dans un monde où la reine de cœur décapite tout le monde. [...]

4 juin 2016


Emmanuel Crombag

Le blog d'Emmanuel Crombag L'ingouvernable merveilleux
Ma démarche d'homme de désir

Ma démarche encyclopédique : Poète, signifiant ou insignifiant, j’ai préféré la poésie – son foyer l’amour – et l’insoumission sa loi – quitte, manant, « à assumer » ou pas le dénuement – absence et/ou présence de densité, de tenue de vie comprises…

02 avril 2015


Raphaël Denys

Le blog de Raphaël Denys La foire aux freaks
MICHEL ONFRAY OU LA PASSION DE L’ÉPURATION ÉTHIQUE

Tout lecteur de Sade devra-t-il, à l’avenir, se défendre d’être sadique ? Probable. Le suspectera-t-on, a priori, d’épouser les thèses du national-socialisme ? Possible. Après tout, il suffirait que tel ministre applique à la lettre le programme d’épuration éthique de Michel Onfray....

1er décembre 2014


Nunzio d'Annibale

Le blog de Nunzio d'Annibale Comment devenir un spam ?
Interstellar ou 10 secondes dans une nocturne de Chopin ou rien

N’entre pas docilement dans cette nuit bienveillante… En entrant ici tous les désespoirs sont les bienvenus malgré la forêt obscure et la voie, encore et toujours, perdue. Heureux qui comme Ulysse n’en revient pas. L’homme aux mille ruses n’emprunte qu’une seule voie : la mère. [...]

18 avril 2015